Alexia (FR) : voila deux semaines que je suis en Tunisie

Je ne pourrai pas tout dire dans un seul mail tellement les choses sont bouleversées. Tout est nouveau, il fallait s’y attendre. Mais autant ?!

L’arrivée s’est faite en douceur, quelques jours sur Tunis, premières présentations avec un entourage qui s’agrandit un peu plus chaque jour.
Premier samedi, première sortie nocturne avec Barbara (ma responsable française étant là pour m’accueillir) et deux copains tunisiens. Premières plongées dans la vie tunisienne. 

L’installation à l’appartement s’est très bien passée. J’ai un grand appart (trois chambres, jusqu’à maintenant les trois ont été occupées toutes les nuits !) mais un peu loin de Tunis (entre 30 et 40 minutes en bus, métro ou taxi).  En ce moment il y a le propriétaire jusqu’au mois prochain. Adel Bakri, acteur et réalisateur. Il est génial, on fait des repas-soirées régulièrement. Quand je dis repas, j’entends diner avec autour de moi des peintres-dessinateurs, des musiciens, des poètes-enseignants, des ingénieurs du son … Je suis littéralement plongée dans le monde intellectuel et artistique de Tunis. 
Les projets se multiplient : cours à l’université de sciences humaines à donner, intervention auprès d’enfants pour des ateliers d’écriture, monter un spectacle de danse-voix- musique (mise en scène, casting, chorégraphie, écriture ….), travailler à l’organisation d’un festival de photographies, participer peut-être à un colloque autour de la réflexion esthétique (en tant qu’intervenante, avec une publication après), monter un projet international sur le dialogue interculturel (afin de trouver des subventions) … Bref, beaucoup de perspectives !

Les gens sont tellement accueillant ici. Je rencontre depuis peu des jeunes poètes et artistes, tous ayant fait ou les beaux arts ou la fac de psychologie. Alors ça y est, je me suis mise  à écrire, et oui, la veine d’artiste m’a atteinte !

Je suis allée passer deux jours à Beja, une ville à 2h de route au nord de Tunis. J’ai baigné dans l’univers traditionnel en étant dans une famille tunisienne.  Les repas, les maisons, les rues : tout est différent. J’ai fêté mon anniversaire là bas, à la traditionnelle ! Puis je suis aussi allée visiter Bizerte, une ville sur la côte nord de la Tunisie. J’y suis allée à la base pour un rdv avec le délégué du département à la culture. Mais j’ai fait un tour sur le vieux port. Tout ressemble à ce que l’on peut voir sur les cartes postales.

Il y a beaucoup de paradoxes dans ce pays. Un débat constant autour de la politique menée par le pouvoir fort et autour de la religion (entre pratiquant et non pratiquant, entre religieux et non religieux, autour de la consommation d’alcool, du port du voile …) Tous se mélangent et vivent côte à côte. Des réflexions il y a, mais pas de conflits. 

La vie est vraiment moins chère ici et le temps est vraiment plus chaud !  Mais l’automne s’installe progressivement, il doit faire autour de 25°C maintenant ! Quand il pleut c’est la catastrophe ! La vie s’arrête, tout est inondé, les trottoirs (qui ne sont pas existant partout) deviennent de la boue ainsi de suite …

Cela ne fait que 2 semaines que je suis ici mais j’ai l’impression d’y être née ! Bon, sauf pour la langue, il y a encore beaucoup de travail ! Je vais voir si je peux prendre des cours, sinon des copains sont volontaires pour m’apprendre, un à la manière de Deleuze, l’autre en s’appuyant sur les livres pour enfants… Méthode à choisir ! En plus, je ressemble à une tunisienne paraît-il, tout le monde me parle d’abord en arabe, il faut absolument que je maîtrise cette langue au plus vite !

Le vin ici est vraiment pas mal, la bière aussi est plutôt douce. Les soirées rythmées au son du luth vont se poursuivre je crois. J’en parlerai dans un prochain mail.

A bientôt
Alexia