Anne-Sophie (FR) : les Balkans ça vous gagne!

J’ai réalisé un SVE d’une durée de 9 mois en Albanie au sein d’une petite association agissant en faveur du dialogue interculturel et interreligieux à Tirana en Albanie.

Mon projet de SVE était motivé par un intérêt particulier pour  les thématiques interculturelles et par une profonde envie de découvrir les Balkans (mieux comprendre son histoire et ses enjeux, dépasser les stéréotypes – mafia, corruption, guerres – et rencontrer ses peuples). 
Réaliser un SVE représentait pour moi l’opportunité parfaite de m’ouvrir à de nouveaux horizons et voyager tout en développant mes compétences professionnelles et linguistiques. Mais surtout de  m’impliquer à mon niveau dans la « construction européenne » via un projet d’intérêt commun.

Mes missions au sein de l’association consistaient à promouvoir les projets en cours (alimentation du site internet) et faire de la veille d’appels à projet afin de lancer de nouvelles actions. J’ai également rédigé et publié en ligne quelques articles, créer et animer des pages facebook (acquérant ainsi des compétences en community management.)
Avec ma tutrice nous avons tenté d’organiser un évènement en partenariat avec l’ambassade de France visant à promouvoir le tourisme durable et culturel en Albanie (journée d’Open-Dialogue et Cleaning Day). Ce projet n’a malheureusement pas pu voir le jour mais cela m’a permis de me familiariser avec le montage de projets
J’ai  participé  à l’événement Model European Union Albania 2013. Il s’agissait de 5 jours de simulation du fonctionnement des institutions de l’UE réunissant des jeunes de toute l’Europe.  J’ai ainsi pu appréhender le processus législatif (débat et vote) entre le parlement et le conseil de l’UE (j’ai joué le rôle d’un ministre.) Certaines sessions se sont déroulées au sein du Parlement Albanais, ce fut donc une expérience très intéressante!
Dès mon arrivée j’ai été conviée à participer à un On-arrival training (5 jours) organisé par SALTO YOUTH à Sarajevo. Au-delà des nombreux outils  et informations apportés par ce stage, ce fut une semaine d’aventure - 22h de trajet en bus pour me rendre en Bosnie, traversée de plusieurs pays, petites frayeurs face à la vétusté des bus et des routes – mais aussi de belles rencontres (j’ai gardé contact avec de nombreux volontaires, ayant ainsi de nombreux « points de chute » pour mes voyages Balkaniques). Ce fut une expérience mémorable, je suis ravie d’avoir pu découvrir Sarajevo, une ville dans laquelle je ne me serais jamais rendu de moi-même (c’est un lieu que je n’associais qu’à la guerre et dont je ne soupçonnais pas la beauté.) Au cours du voyage (ponctué de nombreux arrêts car il m’a fallu emprunter plusieurs bus), j’ai pu visiter Pristina au Kosovo,  Skopje en Macédoine et Podgorica au Monténégro.

Mon ressenti  vis-à-vis de l’Albanie a été rapidement positif! Tirana est une ville intéressante de par ses mélanges entre Orient et Occident, entre modernité et tradition.  Je trouve également que c’est une ville bouillonnante - pleine de vie et de couleurs - où il est impossible de s’ennuyer! De plus, ses habitants sont très chaleureux avec les étrangers (la plupart parlent anglais et italien). Mais surtout, j’ai été agréablement surprise par la cohabitation harmonieuse des religions ; ici mosquée, église catholique et cathédrale orthodoxe entretiennent de très bonnes relations de voisinage !Bien évidemment, un temps d’adaptation a été  nécessaire puisqu’ici tout est très différent! La mentalité et le mode de vie dans les Balkans étant assez différents du notre - le respect des horaires et des lois étant des concepts mis à mal – par exemple il ne faut pas s’étonner de voir des gens fumer dans les bars, téléphoner au volant en toute impunité, il ne faut pas non plus s’offusquer du manque de ponctualité des personnes et même des spectacles, etc.

 

J’ai également dû apprendre à zigzaguer parmi la folle circulation en traversant “à l’Albanaise” (à savoir, traverser n’importe où, n’importe quand, en s’engageant toujours avec détermination car la loi du plus fort règne), m’habituer aux régulières coupures d’électricité et d’eau, aux trous énormes sur les routes, à voir des charrettes en ville, aux innombrables vendeurs de rue, etc.
Mais l’apprentissage du « Balkan style » c’est surtout oublier le stress, les horaires et l’individualisme chronique de notre société Occidentale et embrasser une vie plus simple et détendue où l’hospitalité, l’entre-aide et la « relax » attitude sont les maîtres mots.

 

Je ne regrette pas d’avoir plongé dans le bain Balkanique ; l’aventure a dépassé toutes mes espérances ! Au-delà des nombreux pays que j’ai pu découvrir, j’ai rencontré des gens de différents horizons et nationalités (jeunes volontaires locaux et internationaux, responsable d’ONG, diplomate, etc.), mon anglais s’est amélioré et mon projet professionnel se trouve conforté, ce sera dans la communication institutionnelle et culturelle que j’évoluerai !  Ma plus grande satisfaction est de pouvoir désormais situer géographiquement chaque pays des Balkans, de pouvoir m’exprimer sur la spécificité de ses peuples, sur la Yougoslavie et sur les guerres  Balkaniques. Mais surtout, j’ai appris à écrire l’alphabet cyrillique Serbe et quelques phrases basiques en Serbe.
Ce qui était auparavant pour moi une zone floue et complexe (voire inquiétante) est désormais une région à laquelle je peux associer des paysages magnifiques, des rencontres marquantes,  une cuisine variée et délicieuse. Bref, les Balkans, ça vous gagne !

 

Enfin, vivre dans un pays où les coupures d’eau et d’électricité sont courantes où le salaire minimum est 10 fois inférieur au SMIC français, où le système D est de rigueur, est une expérience riche d’enseignements ! Ouvrir d’avantage son esprit, savoir s’adapter à toute situation, relativiser d’avantage et se satisfaire de l’essentiel tels sont les enseignements  que j’en tire.

 

Je recommande donc avec enthousiasme le SVE aux autres jeunes car c’est une expérience qui vous grandit !