Célia : Je reste au Liban

Mon service volontaire au Liban à Beyrouth est tombé à pic. Après mes études sur Paris, et de retour dans ma région, j’avais envie de voyager. Le Liban est un pays dans lequel j’avais passé quelques mois auparavant. Retourner là-bas était quelque chose que j’avais toujours souhaité. Le cadre du SVE était parfait pour renouveler ce départ.

J’ai effectué mon volontariat auprès de Khayal et l’Agenda Culturel, magazine dédié à la culture et dans lequel j’ai travaillé en tant que journaliste. Beaucoup de rencontres à travers cette expérience, découvertes en tous genres. J’ai pu enfin m’installer pour quelques temps dans la ville de Beyrouth, vivre un quotidien, avoir mes petites habitudes, mes lieux favoris, et surtout passer mes week-end à découvrir le pays. Cette période de plusieurs mois permet vraiment d’appréhender une ville, une culture, différemment.

Pour les plus curieux, c’est un moyen de s’enrichir au jour le jour, surtout que Beyrouth, malgré les tumultes, offre certains quartiers cosmopolites, dynamiques où il est rare de s’ennuyer. Rester au Liban cette année, m’a juste donné l’envie d’y rester plus longtemps ! Les premiers mois d’un SVE sont souvent inoubliables : tout est nouveau, on découvre et apprend sans arrêt. Par la suite commence une routine, mais pour ceux qui aiment vraiment s’installer quelque part et s’imprégner d’un lieu, le meilleur arrive ensuite… J’ai donc décidé de rester au Liban. Le SVE reste pour moi le point de départ de l’aventure.