Camille : mon expérience à Barcelone

Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours été fasciné et attiré par les pays étrangers, la découverte de nouvelles cultures et l’aventure que représente l’arrivée sur un territoire totalement nouveau. J’ai eu la chance de commencer à voyager très jeune, dès l'âge de 17 ans, et depuis, le monde entier s’est transformé en un espace de possibilités, tant au point de vue personnel que professionnel.

Une autre chance que j’ai eu fut de passer directement de la vie étudiante à la vie professionnelle, sans passer par la case de transition et de recherche, souvent source de bien des inquiétudes.

Malgré tout, après plusieurs années passées dans le monde professionnel, on ressent parfois le besoin de revenir « à la base «, de continuer à se former, d’apprendre de nouvelles choses et de prendre du temps pour réfléchir, quand le quotidien professionnel est souvent accaparé dans l’action et les responsabilités.

Les possibilités qui s’offrent à nous dans ce cas de figure sont très limitées, et les programmes offerts par les Bourses Leonardo Da Vinci et l’ADCEI sont une incroyable opportunité, car ils nous permettent de continuer à nous adapter à un monde professionnel de plus en plus mouvant et changeant à toute vitesse.

Apres 4 ans passés dans la vie active à Porto Rico dans le domaine de la gestion culturelle, j’ai repris mes valises avec l’objectif de venir redécouvrir l’Europe et son dynamisme culturel permanent.

Et quel meilleur endroit pour atterrir que la ville de Barcelone, pendant les mois d’étés, où s’enchainent les festivals, rencontres, conférences et événements internationaux.

Lorsque l’on décide de travailler dans le domaine de la gestion culturelle, il faut Être constamment à l’affut d’autres projets réalisés, des artistes émergents et de nouvelles actions culturelles innovatrices. Ces exemples nous servent d’inspiration, de développement personnel et professionnel et d’évolution permanente.

C’est donc avec tous ces objectifs en tÊte que je suis arrivée à Barcelone au mois de Mai dernier, ville que j’avais connu brièvement il y quelques années, mais pour laquelle je gardais énormément de curiosité de "redécouverte".

Le stage effectué au sein d’Interarts m’aura permis de découvrir le fonctionnement d’une fondation basant son fonctionnement et ses objectifs sur la coopération culturelle internationale, thème qui m’a toujours tenu beaucoup à cœur dans mon quotidien professionnel et sur lequel tant de projets sont possibles.