Charlotte (FR) : au pays des pyramides (EG)

Partir à l’étranger est toujours une expérience particulière. On découvre de nouvelles personnes, de nouveaux paysages, de nouvelles saveurs, de nouveaux sons et bientôt ce qui au départ peut sembler déroutant finit par devenir familier. On prend ses marques petit à petit, s’adapter ça se mérite, et la frontière entre maison et étranger devient toujours plus floue. Quoi qu’il en soit on sort enrichi d’une période de vie hors de chez soi.

Lorsque j’ai débarqué au pays des pyramides, dont la silhouette n’est que la pointe de l’iceberg des merveilles du pays, j’avais déjà vécu à l’étranger, notamment en Italie, or je ne me doutais pas à quel point cet étranger là serait différent et intéressant.

Durant les mois qui ont précédé mon départ j’avoue ne pas avoir énormément réfléchi à mon volontariat, excepté lorsque des crises de panique m’envahissaient, me poussant alors à inonder la boîte mail de la volontaire en poste pour lui poser le plus grand nombre de questions en un minimum de temps,  et ce n’est qu’en bouclant ma valise la veille pour le lendemain que je me suis rendue compte que je partais.

Les premières semaines furent, comment le dire de façon diplomatique, éprouvantes ! Mais très vite le rythme alexandrin prend le dessus et on se laisse aller. Certes le choc culturel initial se fait ressentir de temps en temps  mais maalesh, on s’habitue  et on grandit !

Mon SVE n’est pas encore terminé et je l’ai à peine vu passer, il me semble que c’est bon signe !