Laura : l'expérience Salentino Leccese

Baroque, méditerranéenne, vivante, ouverte, candidate pour la future capitale européenne de la culture en 2019…. Lecce est considéré comme le centre de la presqu’île de Salento, situé dans le sud de l’Italie. Centre de sa région seulement, car la proximité de la côte ionienne et adriatique (toutes les deux à une demie heure de route) et du point le plus sud ou ces deux mers se rejoignent, le peu de camions sur les routes et le manque de travail, sont des éléments qui nous font vite rendre compte que nous sommes à l’extrémité de ce pays, isolée. Ici, pas de passage, pas question d’atterrir dans cette ville par hasard. On choisit volontairement d’aller à Lecce ! Et il y a des bonnes raisons pour descendre si bas dans la botte : peut-être pour ses pates typiques « orechiette », ses bons vins Negroamaro ou Primitivo, son bon café et huile d’olive local, son poisson et ses légumes vertes diversifiées, ou pour ses environs avec des littoraux divers, des champs d’oliviers à perte de vue, des maisons typiques appelées « trulli », des cactus et autres plantes grasses ou encore pour son climat doux, son ouverture d’esprit ou son mode de vie relaxant et lent (le Salento y doit son nom : Sa signifie « on sait » et lento « lent »)…

Le centre historique de Lecce est riche en architecture baroque, localement même appelé barocco leccese ; les immeubles sont quasiment tous faits de « pierra leccese », pierre calcaire locale de tons ocre et crème. Une ville endormie le jour comparé aux villes françaises de cette même taille. On dirait que le rythme estival aux pauses longues en milieu de journée permettant de s’échapper à la chaleur, est valable toute l’année à Lecce. Etrange de se retrouver quasiment seul dans les rues d’une ville un samedi après midi… Et là, c’est à la tombé du nuit, quand les magasins ont ré ouvert leur portes après une pause de 13h à 16h30, que la ville se remplisse… Une sortie entre amis ou en famille, on flâne, on prend place sur l’une des terrasses sur la piazza Sant’Oronzo ou aux alentours de la Duomo ou de la Basilica Santa Croce…. Plus tard, dans les rues étroites, les nombreux bars aux plafonds voutés aménagés et décorés avec soin, accueillent étudiants et jeunes italiens. Souvent ils organisent des soirées de concerts gratuits, des lectures publiques, des vernissages, … Lecce by night est autre chose, mais… on reste à l’extérieur, qu’il fasse froid ou pas. Presque chaque soir une occasion pour sortir, ce qui rend la ville très vivante, même en hiver !

On sort du centre historique par l’une des trois anciennes portes, direction du nord. Encore fortement urbanisé, la périphérie est caractérisée par une architecture des années ‘60-‘70, comptant des nombreuses micro-commerces, plusieurs anciennes manufactures de tabac et autres usines, mais aussi des constructions immobilières abandonnées. Un fort écart avec le « centro storico ». 

C’est dans une ancienne usine de briques dans cette périphérie, que le Teatro Koreja, mon lieu d’accueil pendant 4 mois, a installé en 1996 son lieu de diffusion et de production artistique. Situé dans un quartier résidentiel relativement récent, Koreja accueille des spectacles (italiens ou étrangers) de théâtre, danse, jeune public et des lectures et conférences dans sa salle de 200 places. Il est également le lieu de travail de la Compagnie de théâtre Koreja, qui crée régulièrement des productions et les présente à Lecce et ailleurs en Italie, Europe et au delà. Koreja a développé son projet artistique en y intégrant la dimension du quartier et de ses habitants, à travers un festival annuel par exemple. Un vrai lieu culturel et expérimental, avec un public fidèle.

L’équipe Koreja, très investie et passionnée par son travail, m’a réservée un accueil chaleureux pendant tout mon séjour à Lecce. En collaboration avec le co-directeur artistique, j’ai travaillé sur la promotion et la diffusion à l’étranger des spectacles de la Compagnie Koreja. J’ai également contribué à l’accueil des compagnies étrangères programmées et j’ai été impliquée dans l’écriture d’un projet européen de spectacle vivant à soumettre dans le cadre du nouveau programme européen Europe Créative (recherche de partenaires, analyse des directives européennes, etc.). Aujourd’hui, Lecce fait partie du groupe des six villes italiennes candidates pour devenir Capitale européenne de la culture en 2019. Diverses rencontres et réunions ont eu lieu entre le comité de Lecce 2019 et Koreja. Elles m’ont été utiles dans la compréhension de l’environnement culturel, politique et social de Lecce et ses environs.

Il a été un vrai plaisir de collaborer avec l’ensemble de l’équipe Koreja, de découvrir le mode de fonctionnement d’un théâtre italien et de rencontrer des personnages (inter)nationaux actifs dans le secteur culturel.

Lecce est une ville dynamique avec un fort potentiel de développement, aux couleurs multiples, avec de nombreuses activités culturelles, et avec des habitants qui aiment fortement leur région.

Merci à tous ceux - collègues, copains, opérateurs culturels, artistes - qui m’ont fait découvrir leur culture pendant ce séjour….