Marie : Mon stage Leonardo à l’IMAL à Munich !

Un jour fin février : 19 heures de voyage, 2 changements de bus et me voilà à Hackerbrücke, gare routière internationale au centre de Munich, la capitale bavaroise. La nuit était un peu froide, dans l’ensemble ce fût un long mais bon voyage ! J’ai décidé de venir un mois plus tôt, afin de suivre un mois de cours intensifs d’allemand pour commencer plus facilement mon stage, bien décidée à parler l’allemand plutôt que l’anglais.

Mars : une semaine après mon arrivée, c’est le début de mon cours intensif et des cinq premiers mois de ma vie à Munich.

Avril : début de mon stage à l’International Munich Art Lab (IMAL). Premièrephase d’adaptation au fonctionnement de l’organisation, premiers essais de conversation - ou plutôt de compréhension en allemand. Echec au tournant, l’accent bavarois me m’aide pas ! Premières semaines, les yeux écarquillés, j’essaie de prendre mes repères. Je découvre les activités de l’IMAL. A Munich, il pleut, puis il neige, puis il fait beau, parfois. A Munich, au printemps comme en été, l’herbe est vert pomme par endroit.

Mai : premiers beaux jours. J’ai un vélo. C’est super ! Du coup, je me balade dans le tout Munich, une grande ville pas si grande finalement. Je me repère. Je vais à l’IMAL en vélo. Je ne prends plus le métro. S’il pleut, je suis bien équipée !

Munich est belle et sûre. Les promenades le long de l’Isar, de l’ Englisher garten, dans le centre-ville avec sa célèbre Marienplatz et ses nombreuses activités sportives et culturelles à découvrir la rendent agréable à vivre. Première bière au Biergarten - Hmm, pas mal l’Augustiner !

Juin : mon stage se déroule bien. J’ai notamment aidé à la préparation du voyage de fin d’année à Spitzingsee et les trois jours passés là-bas se sont bien déroulés! Lac et montagnes, 30 degrés dehors, paysages magnifiques ! J’ai eu aussi le temps, en fin de semaines, de visiter les alentours de Munich et je trouve la région superbe. A chaque nouveau lieu, sa nouvelle bonne surprise ! De plus, la Bavière étant à proximité de la Suisse, de l’Autriche, de la République Tchèque, et non loin du nord de l’Italie; j’ai eu également l’occasion de visiter la ville natale de Mozart, de déguster une Linzertorte dans sa ville d’origine, de prendre un bain glacial au lac de Garde le temps d’un week-end, de découvrir le lac de Constance et de photographier notamment la petite sœur de la Tour Eiffel en me promenant dans la capitale « aux mille tours et mille clochers ».

Juillet : à présent l’heure est à la préparation de l’exposition de fin d’année et à la traduction en anglais et en français du livre de présentation de l’IMAL. Mon allemand s’est amélioré, mais je reste encore loin d’être bilingue. Je m’atèle donc sans relâche afin de réaliser les meilleures traductions possibles. Heureusement, nous sommes deux à nous répartir le travail. Le petit livre de présentation des artistes et de leurs œuvres sur lequel j’ai travaillé est très apprécié par les visiteurs lors de l’exposition. Ils demandent à l’acheter. C’est gratifiant !

Août : mes quatre mois de stage touchent à leur fin. Je termine les dernières traductions. Que le temps est passé vite! Mais bonne nouvelle, j’ai décidé de tenter ma chance à Munich pour ma recherche d’emploi !