Naïs (FR) : déja 3 mois !

Buenas Tardes a todos, je m’appelle Naïs, et je vis depuis bientôt 3 mois, à Villa del Rio, un village de 7000 habitants au cœur de l’ Andalousie.

J’ai étudié le graphisme pendant 2 ans, et c’est juste après mon diplôme que j’ai connu l’ADCEI qui m’a offert l’opportunité de partir pour 6 mois avec Jessica. Aujourd’hui, Le CEMER ( Consorcio Escuela de la Madera de la Junta de Andalucía) nous accueille pour ce SVE dans un de ces 2 centres. Cette école permet à des personnes à la recherche d’un emploi de se former dans les métiers du bois (ébénisterie, tapissage d’ameublement, vernissage…). Alors entre les cours d’espagnol (plus que nécessaire) et l’organisation d’une journée portes-ouvertes, je travaille sur la création de supports de communication, et je prépare (tant bien que mal) les cours d’histoire de l’art (en espagnol) que je vais donner à partir de Janvier…

Villa del Rìo est un petit pueblo encerclé de champ d’oliviers, des couleurs jaunes orangées sur chaque mur, des ruelles ombragées par la centaine de citronniers, et une odeur de friture quasi constante, Villa del Rio est le parfait village typique Andalou. Les niños jouent au foot jusqu’à 23h dans les ruelles, les mamies sortent leurs tabourets et/ou leurs caniches et papotent en bande dès que le soleil apparait, les hommes eux, se réunissent dans les bars après les longues journées de récolte des olives…Finalement, seules les paraboles de télévision et les climatisations me rappellent que je suis en 2010.

Ici tout le monde se connait, mais très rapidement, les gens nous ont accueillies et intégrées avec beaucoup de gentillesse (et de patience, car notre espagnol était assez limité!). Découverte des fabriques d’huiles d’olives, visites des environs et de ses vues a couper le souffle, promenade dans les champs…Comment ne pas se sentir chez soi ? Et ainsi, rapidement, je me suis habituée à vivre au rythme espagnol : Bocadillo salé à 11h avec le café, vrais repas à 14h30, grignotage de tapas et dégustation de bières locales à 21h pour ne diner que bien plus tard... Ainsi, j’ai également adopté la sieste dans mon emploi du temps sans me souvenir vraiment comment je faisais avant…

Cette expérience unique est déjà arrivée à mi chemin, et l’angoisse du départ se fait sentir chaque jours un peu plus…Mais profiter reste cependant la meilleure solution pour ne rien regretter…