Nicolas : Slovenija. Seveda !

Fin novembre – Ljubljana

Je suis le seul à descendre du bus. Je me sens un peu déphasé après 20h de trajet. Heureusement mon propriétaire est là pour me récupérer. Pas le temps de réaliser complétement où je suis à présent.
Le lendemain, je commence à avoir faim. Je décide d’aller faire quelques courses. Il est 13h30, le supermarché ferme à 13h le samedi. Première prise de conscience. Début des adaptations.

1re semaine – Ljubljana
Je suis directement mis dans le bain. La stagiaire précédente continue de travailler sur un événement qui a lieu dans deux jours. Je participe aux derniers préparatifs. Je discute un peu avec mes nouveaux collègues.
L’événement est un succès. Je suis en charge de l’accueil des participants, dans les guider le premier jour dans la ville et surtout de prendre des photos des différents moments clés.Première expériences interculturelles dans le pays. Des rencontres avec des professionnels venant de Chypre, de Malte, d’Irlande... Tout cela s’annonce prometteur. Je suis ravi.

Décembre – Ljubljana, Belgrade
Je découvre la ville dans une effervescence particulière. Les fêtes de fin d’année, le centre-ville décoré, les rues arpentées de stands proposant du vin chaud. J’observe, j’écoute, j’apprends. Le slovène ne me pose pas trop de problèmes. Tout le monde parle anglais finalement. J’arrive à comprendre quelques mots ceci dit.

Au bureau, je commence mon travail de veille sur la région euro-méditerranéenne dans le cadre de la newsletter de la Fondation Anna Lindh. Je me familiarise avec les acteurs, les projets ou encore les événements qui me permettent de fournir une vue d’ensemble des actualités de cette zone géographique

Je passe la fin d’année en Serbie. Deuxième pays des Balkans dans lequel je me rends. Les différences culturelles sont notables et fascinantes. La magie continue d’opérer. Je suis quelque peu hypnotisé par ce je ne sais quoi qui rend les Balkans particuliers.

Fin janvier – centre de slovène, faculté de philosophie
Je commence enfin les deux semaines de cours intensifs de slovène. Il était temps. Bien que je me débrouille avec quelques bases, j’ai besoin de comprendre la langue dans sa structure et sa culture. Avec trois Américains et deux russes, nous formons la classe de débutant. Mais nous avançons vite. Le professeur a de l’expérience avec les novices. Elle nous donne beaucoup d’éléments culturels. Avec les quelques visites touristiques organisées par le centre, j’apprends davantage sur le pays, son histoire, son organisation.

Niveau mission, je commence à éditer quelques présentations plus concises et visuelles sur des points précis (programmes et projets européens), comme l’Initiative Citoyenne Européenne. Le but est que cette initiative concrétise et finalise un autre projet européen sur les jeunes et les questions de développement. Je deviens en quelques sortes référent auprès de l’équipe de l’organisation partenaire sur ces sujets.

Mi-février – Ljubljana, Rimini
Je participe à plusieurs formations et ateliersgrâce à l’organisation partenaire qui m’accueille à Ljubljana. J’interviens au niveau de la création des invitations et autres outils de communication. Je continue de rencontrer des personnes aux profils différents et aussi intéressants les uns que les autres. Je peux comprendre quelques bouts de conversations en slovène désormais.

Grâce à mon organisation d’accueil, je pars assister à un séminaire sur l’intégration et l’employabilité des jeunes moins favorisés en Italie. Je découvre un tout nouvel univers. Et j’ai un déclic : je saisis l’importance du travail avec la jeunesse. Je sens que je peux apporter une réelle valeur ajoutée dans ce domaine. Mon profil prend une toute nouvelle direction. Je prends tout ce qui s’offre à moi. Toute connaissance est enrichissante pour un profil interdisciplinaire.

Mars – Ljubljana
J’ai eu l’occasion de rédiger quelques articles pour plusieurs organisations. Je travaille à présent sur un article concernant les élections européennes de mai. J’analyse, mène des veilles, synthétise des données. Cet article est inclus dans la newsletter de l’organisation partenaire.
Nouveau déclic. J’assiste à une formation sur la consolidation de la paix. Je découvre encore une fois un nouveau domaine et de nouvelles personnes, avec qui des projets se définissent. Je décide de creuser un peu plus dans cette direction. Des idées de projets personnels commencent à se consolider par la même occasion.

Mi-avril – Mavrovo
Je participe donc à une formation en Macédoine sur le rôle du travail des jeunes quant à l’appréhension du passé, dans la continuité de cette formation d’il y a quelques semaines. Deux déclics combinés qui aboutissent à la consolidation d’un troisième déclic : j’ai la réelle volonté de créer ma propre organisation.  Dialogue interculturel, consolidation de la paix, langues, jeunesse. J’ai les ingrédients, une partie des compétences. C’est le début d’une nouvelle phase.

Le dernier mois est chargé. Je suis en charge de la rédaction de deux candidatures pour des appels à proposition (EuropeAid et le nouveau Erasmus +). Je définie le contenu et les objectifs en accord avec ceux fixés. Il s’agit à la fois d’activités culturelles et de projets dans le domaine de la consolidation de la paix. J’avance dans deux secteurs dans lesquels j’espère voir évoluer mon profil encore.

Fin avril – Ljubljana
C’est le départ. Beaucoup d’appréhensions. Le temps est passé rapidement. C’est l’heure du bilan. J’ai pu découvrir une partie des Balkans. Ouvrir mon projet professionnel à d’autres horizons. Faire des rencontres interculturelles des plus touchantes et enrichissantes. Le retour en France semble prématuré. Mais bien des idées sont encore à concrétiser. Des projets à réaliser. Et encore beaucoup à apprendre.